Avignon, chef-lieu du département de Vaucluse, région Provence-Alpes-Côte d’Azur, sud-est de la France. Il se trouve à un point sur la rive est du Rhône où l’étroite vallée s’ouvre sur une large plaine de delta, au nord-ouest de Nîmes. Elle fut la capitale de la papauté de 1309 à 1377. Reconnu pour sa beauté architecturale et son importance historique, le centre d’Avignon a été classé au patrimoine mondial de l’UNESCO en 1995 et la ville a servi de capitale culturelle européenne en 2000.

Les fouilles indiquent que la première colonie à Avignon remonte à environ 5 000 ans. Fief de la tribu gauloise de Cavares qui devint la ville romaine d’Avennio, c’était un prix très disputé. Au 12ème siècle, Avignon est devenue indépendante, avec un commerce florissant, mais au 13ème siècle, elle a été occupée par le roi Louis VIII et a ensuite perdu son indépendance.

Cathédrale Notre-Dame, Paris, France.
Visitez le Palais des Papes à Avignon et découvrez la papauté d’Avignon
Visitez le Palais des Papes à Avignon et découvrez la papauté d’Avignon

L’importance historique d’Avignon date principalement du 14ème siècle, quand elle ne reposait pas sur Français sol mais appartenait au duc d’Anjou, vassal du pape. En 1309, il a été choisi comme résidence papale par Clément V. La ville a été choisie, en partie, parce qu’elle était plus centrale dans la chrétienté que Rome. De plus, la situation dans le centre de l’Italie était instable et l’influence sur la cour papale avait augmenté au cours du 13ème siècle. En 1348, Avignon a été achetée par Clément VI, le quatrième des sept papes d’Avignon, à la reine Jeanne de Provence, et la présence papale dans la ville, qui est restée propriété papale jusqu’à la Révolution Français, s’est considérablement développée à partir de ce moment. Malgré les appels répétés de sainte Catherine de Sienne et d’autres pour que les papes retournent à Rome, Avignon est restée la seule capitale de l’église jusqu’en 1377 et est restée l’une des résidences de la papauté pendant le Grand Schisme (1378-1417), lorsque les papes ont régné à Avignon et à Rome.

La ville était particulièrement détestée par les Italiens de la cour papale d’Avignon. Même s’il a servi le pape, Pétrarque, qui a d’abord appelé Avignon Babylone, l’a décrite comme l’endroit où les vents de mistral hivernal soufflent amèrement, « un égout où toute la boue de l’univers s’accumule ». La ville et la papauté au 14ème siècle ont une réputation notoire. Peu de détenteurs du trône pontifical sont connus pour leur piété, et même les meilleurs d’entre eux étaient plus préoccupés par les questions juridiques et financières que par leurs responsabilités pastorales. Ils étaient accusés de vénalité, de népotisme et de corruption et étaient considérés comme des marionnettes des Français rois. Le territoire pontifical subit les déprédations des routiers (armées privées qui vivaient de pillage entre les engagements mercenaires pendant la guerre de Cent Ans). La ville, comme une grande partie du reste de l’Europe, a également souffert de fréquentes épidémies de peste. Les actions du pape Clément VI, qui a protégé les Juifs de subir un pogrom pendant la peste, sapent cependant les représentations traditionnelles de l’époque. En effet, il est facile d’exagérer les défauts de la ville et de ses papes, qui étaient des administrateurs compétents et assez instruits ; leur mauvaise réputation provient, en partie, de la polémique impliquée dans la demande de retour à Rome.

Les légats pontificaux ont continué à gouverner Avignon jusqu’en 1791, date à laquelle elle a été annexée par l’Assemblée nationale français. Lors de sa saisie, il y a eu effusion de sang et l’intérieur du Palais des Papes a été détruit. Le palais, une formidable forteresse de huit tours sur un rocher à 190 pieds (58 mètres) au-dessus d’Avignon, a été utilisé comme caserne de 1822 à 1906.

L’un des plus grands châteaux-forts encore debout, le Palais des Papes est en réalité deux bâtiments. Le Palais Vieux (1334-42), construit par Benoît XII, est austère, tandis que le Palais Nouveau (Nouveau Palais; 1342-52), érigé sous Clément VI, est riche en dispositifs architecturaux et en embellissements. Il y a de nombreuses petites chapelles et trois grandes chapelles décorées de fresques du 14ème siècle. A côté du palais se trouve la cathédrale romane (12ème siècle) de Notre-Dame-des-Doms, lieu de sépulture de deux des papes. Dans la ville ci-dessous, il y a des maisons des 16ème et 17ème siècles et six églises datant du 14ème au 17ème siècle. Deux d’entre elles sont des chapelles de pénitents noirs, des groupes laïcs de flagellants du 14ème siècle qui marchaient cagoulés et pieds nus dans les rues et dont les membres comprenaient des rois de France. Les remparts construits par les papes entourent encore la ville, 3 miles (5 km) en circuit, avec des créneaux mâchicoulis (tourelles en saillie), des tours et des portes.

Quatre arches du célèbre pont Saint-Bénézet (de la chanson « Sur le pont d’Avignon ») s’étendent toujours depuis la ville, sa chapelle romane Saint-Nicolas toujours perchée sur la deuxième jetée. Les courants du Rhône avaient défié les ponts jusqu’à ce que Saint-Bénézet et ses disciples construisent le pont à la fin du 12ème siècle. Brisé plusieurs fois, il fut abandonné en 1680. Les gens y dansaient, comme dans la chanson, non pas dessus, mais en dessous, sur l’île de la Barthelasse. Un pont suspendu et une travée traversent désormais le Rhône en aval.

La garance, une source de colorant, a été introduite en 1756 et a été pendant de nombreuses années la principale culture commerciale de la région; Il est toujours cultivé. Avignon est un centre administratif et commercial au cœur d’une des régions agricoles les plus riches de France spécialisée dans les fruits et légumes. La commercialisation et la distribution des produits représentent une activité économique importante, donnant naissance à un grand nombre d’entreprises de transport. Le tourisme est un facteur majeur de l’économie d’Avignon, et il existe également une gamme d’industries légères.

La ville est le siège de l’Université d’Avignon. Les institutions culturelles comprennent un opéra ; le musée Calvet, qui présente diverses expositions, notamment des découvertes archéologiques, des peintures, des sculptures, des arts décoratifs et de l’ethnologie ; Musée du Petit Palais, un palais du 14ᵉ siècle (avec des améliorations significatives à la fin du 15ᵉ siècle) qui était la résidence du cardinal et, plus tard, de l’archevêque, spécialisé dans les peintures et sculptures médiévales ; le musée Lapidaire, installé dans une chapelle jésuite, avec des sculptures égyptiennes, grecques et romaines anciennes ; le musée Requien, spécialisé en histoire naturelle ; l’Angladon Museum–Collection Jacques Doucet, qui présente des chefs-d’œuvre des 19e et 20e siècles d’artistes tels que Pablo Picasso et Vincent van Gogh; et un musée d’art contemporain. Un festival d’art estival comprend des pièces de théâtre en plein air au Palais des Papes et des spectacles son et lumière relatant l’histoire d’Avignon.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *